Actualité

Vue 149 fois
16 avril 2019

La Complexité dans les ETI

Un système est dit complexe s’il est constitué d’une multiplicité d’éléments interdépendants et interconnectés.

La plupart des entreprises d’aujourd’hui sont assimilables à des systèmes complexes. Atteindre leurs objectifs économiques dépend autant de la qualité intrinsèque de leurs fondamentaux et de la pertinence de leur stratégie que de la capacité de leurs dirigeants à maîtriser les interactions internes en orchestrant l’ensemble de l’organisation et de ses process fondamentaux.

Origines et symptômes :

Dirigeants et investisseurs s’accordent généralement pour voir dans la progression du chiffre d’affaires un signe positif de bonne santé. Cependant, quand la croissance du CA est d’abord tirée par l’expansion de l’Offre, elle finit par obérer l’agilité de l’entreprise. La croissance ainsi obtenue rend son pilotage plus difficile et pèse sur sa performance financière.

Bien souvent, l’Offre est l’héritage d’une accumulation de produits et de services développés au fil du temps. Certains sont moins demandés que par le passé, voire obsolètes, mais personne n’ose les retirer du catalogue. De nombreuses variantes de produits ont aussi fleuri à la demande des clients. L’entreprise a également étendu sa présence géographique, par croissance interne ou par acquisition. De nouvelles unités ont été créées pour produire certaines gammes ou rapprocher l’entreprise de ses multiples clients. La base de fournisseurs s’est progressivement étoffée ainsi que le nombre de matières et de composants achetés. La quantité de projets en cours a enflé et les responsables opérationnels se sentent écartelés et mis sous une pression permanente. Les activités se sont diluées sur un trop grand nombre de fronts alors qu’auparavant la densité des actions fondait leur efficacité.

L’entreprise a ainsi laissé s’installer progressivement une complexité qui s’enracine en elle. Cette complexité insidieuse gêne son fonctionnement, congestionne ses process, accapare ses hommes et érode sa performance. Le paradoxe est que dans ces circonstances, même la perte de clients ou l'abandon de marchés ne donne plus lieu à une diminution équivalente de la masse des coûts. Celle-ci semble être devenue inélastique. Quant à la prévision de l’activité et des résultats, elle est encore plus difficile qu’auparavant.

Dans le prochain article de cette série, nous aborderons le sujet essentiel des effets concrets de cette complexité sur le fonctionnement opérationnel de l'entreprise.

Samer ROUMIEH


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.