Actualités

Partager sur :

L'expérience d'un nouvel indépendant

21 décembre 2022 La lettre de XMP-Consult
Vue 458 fois

 Interview : Christophe de Charentenay, fondateur et président de M@Air, bureau d’études en mobilité décarbonée*

« Le passage du fossile à l’électrique nous force à réinventer les transports en ville, c’est une belle nouvelle aventure. »

 

XMP-Consult : - Christophe, nous te connaissons grâce à ta conférence sur l’Odyssée de Spring à la Maison des Ponts le 19 septembre dernier, une aventure que tu as vécue au sein du Groupe Renault. Quand et comment as-tu décidé de lancer ton entreprise ?

 Christophe de Charentenay : - Après ces 7 années focalisées sur la Chine et consacrées à développer la voiture électrique en tant que président d’eGT, l’entreprise dédiée au projet Dacia Spring, filiale de Renault , Nissan et Dongfeng , je suis revenu en France mi-2020. Avec Christophe Midler et Marc Alochet, j’écris alors le livre « L’odyssée de Spring » pour raconter la formidable aventure humaine, industrielle et financière qu’a été la conception et le lancement mondial de cette voiture. Partis à quelques-uns dans une salle de réunion à Wuhan en 2016 , nous finissons avec un produit dans le trio de tête des ventes européennes, une équipe de développement qui fait référence auprès de Renault et Nissan, une usine tournant  à pleine capacité , le tout piloté par une entreprise à trois actionnaires réputée ingouvernable.

L’ambition de la Spring est de mettre la mobilité décarbonée à la portée de tous, mais le retour en France me montre rapidement que le travail ne peut pas s’arrêter là :  l’écosystème de la voiture électrique est tout de guingois , les subventions se concentrent sur les riches,…

Ayant gouté à l’aventure entrepreneuriale en Chine, je quitte alors Renault, entreprise pourtant si attachante, afin de lancer un bureau d’études autour de la mobilité décarbonée.

 

XMP-Consult : - Quel est ton diagnostic et surtout quelles sont les solutions que tu veux promouvoir ?

Christophe de Charentenay : - C’est simple : les acteurs des villes sont tout simplement perdus face aux enjeux de la mobilité décarbonée. Notre travail consiste à les guider vers les bons choix que ce soit pour l’équipement en bornes de recharge de véhicules électriques ou pour le développement d’un réseau sur de pistes cyclables.

Même si, à l’été 2022, la plupart des partis politiques français convergent sur l’importance de la planification écologique, la France tend à se noyer dans cette activité complexe, alors que ce qu’il faut en réalité, c’est FAIRE. Pendant que la France produit des rapports sur des schémas directeurs, la Chine installe des prises de recharge partout et en grand nombre (70 000 par mois c’est-à-dire autant que l’ensemble des prises installées en France). Pendant que la France conditionne ses subventions à une longue liste de critères très coûteux , la Norvège installe des petites prises de recharge à  faible puissance un peu partout et désormais 90% des voitures achetées à Oslo sont des voitures électriques. Du coup pas besoin pour la Norvège de retarder l’application des Zone à Faible Émissions comme vient de le faire la France.

Au premier trimestre 2022, l’état français a dépensé environ 150 millions d’euros  pour subventionner directement les acheteurs de voitures électriques à hauteur de 5 000 euros par voiture.

63% de ce montant a servi à aider des clients à acheter des voitures à un prix net de subvention de plus de 25000 euros, ce qui correspond à la partie haute du marché automobile des achats de clients  particuliers.

Le principal bénéficiaire de cette manne publique française a ainsi été… Elon Musk dont le model Tesla 3 est de loin celui qui a capté le plus de subvention de l’état français avec 33 millions d’euros en 3 mois. Pendant ce temps, les habitants des immeubles de la plupart des communes de la région parisienne n’ont pas de moyen pratique de recharge et voient donc les subventions leur passer sous le nez tandis que les propriétaires de maison reçoivent cette aide.

Le défi collectif est double : accélérer la mise en œuvre des investissements nécessaires à la décarbonation des mobilités et s’assurer d’une répartition globalement équilibrée des ces investissements sur le territoire.

 

XMP-Consult : - En pratique comment procèdes-tu pour aider à relever ce défi collectif ?

Christophe de Charentenay : - Ma société, M@Air, contribue à ce double défi collectif d’accélération et d’équité en conseillant les collectivités locales sur deux plans : l’installation de réseaux de bornes électriques de recharge faible puissance pour véhicules électriques et l’aménagement le plus efficace et cohérent de pistes cyclables*. En effet, le frein au développement de la mobilité douce comme moyen de transport domicile travail est la disponibilité des pistes cyclables. Comme le montre ce petit graphique, le niveau d’équipement est très variable : entre Toulon et Strasbourg, l’écart est de 1 à 7 !

 

A Lille et à Pau, en partenariat avec Decathlon, nous avons proposé des nouveaux itinéraires cyclables sécurisées permettant d’économiser 26 000 tonnes de CO2 /an. (1)

Pour les bornes de recharge, nous procédons d’abord grâce à l’utilisation des données géographiques : notre activité de bureau d’études peut ainsi réduire le temps du « PLAN » et se concentrer sur le « DO ».

Pour le « DO » nous nous appuyons sur la connaissance des dernières technologies, en participant directement via des POCs à leur mise au point finale et à l’optimisation des coûts .

Notre KPI d’entreprise est simple : c’est le nombre de tonnes de carbone évitées.

 

XMP-Consult : - On peut supposer que les perspectives de croissance sont bonnes sur ces deux activités ?

Christophe de Charentenay : - Oui bien sûr ! Pour donner une idée, la France doit passer de ses 80 000 bornes de recharge actuelles à au moins 300 000 dans les 5-6 ans. Mais où faut-il les mettre et quels types de bornes faut-il acquérir ? Il y a très peu de compétences dans les collectivités, et également peu dans l’offre de conseil… Le résultat est souvent discutable : bornes trop chères, trop puissantes, aux mauvais endroits, d’où des taux d’utilisation très décevants (l’ADEME relève des taux d’utilisation moyen de 5% …)

Nous avons plusieurs expériences réussies dans le domaine des pistes cyclables et un premier succès dans le domaine des bornes électriques même si cette activité est encore en démarrage. D’autre part, nous reprenons l’idée du projet Spring : si on part d’un budget donné, nous proposons une démarche permettant de l’investir pour maximiser l’impact carbone de cet investissement.

Nous allons nous renforcer en passant de 3 à 5 collaborateurs, même si cette notion d’effectifs est un peu une notion qui appartient au passé (rires). C’est un domaine où il y a beaucoup de partenariats et de collaborations et où nous intervenons surtout en assistance à la maîtrise d’ouvrage.

Sinon, à plus long terme, j’aimerais étendre cette activité à la  Chine. C’est là que l’impact carbone est le plus massif et que l’avenir climatique de notre planète va se jouer … Le passage du fossile à l’électrique nous force à réinventer les transports en ville, c’est une belle nouvelle aventure.

 

XMP-Consult : - Merci de ces éléments très clairs. En conclusion, que dirais-tu à ceux qui veulent se lancer et créer leur propre activité ?  

Christophe de Charentenay : - La première réponse qui me vient est : N’ayez pas peur , osez ! Je me félicite tous les jours d’avoir quitté un grand groupe et lancé M@Air. Mais la deuxième serait, sur une note plus prudente, d’insister sur la réflexion préalable et la qualité du réseau professionnel sur lequel s’appuyer. Il faut une continuité avec son expérience précédente et un bon réseau, maintenu au cours des années. J’ai aussi été bien aidé par la publication du livre « L’odyssée de Spring ». Tout cela permet de se donner davantage de chances de trouver ses premiers contrats. Et il ne faut pas hésiter à investir pour rester en contact avec les plus jeunes, et à élargir son réseau. Dans ce contexte, j’enseigne à l’école de management de la Sorbonne, à  l’université de Bologne et à Tsinghua à Pékin.

 

XMP-Consult : - Merci Christophe de ces réponses inspirantes pour tous nos lecteurs. Et plein succès à M@Air, en France et à l’international !

 

Propos recueillis par Antoine Jaulmes

 

* Pour plus de détail,  voir le site de M@Air et aussi cette tribune dans Les Echos https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/opinion-voitures-electriques-changer-de-cap-pour-sauver-le-pouvoir-dachat-1408829




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.